Le débat sur la motion de censure aura bien lieu jeudi à l’Assemblée

0
6

Le Premier ministre Edouard Philippe à l’Assemblée nationale, le 11 décembre 2018. — Jacques Witt/SIPA

Après l’attentat de Strasbourg, le Premier ministre s’est dit « à la disposition » de l’Assemblée pour un report, demandé par certains à gauche, du débat sur la motion de censure liée aux « gilets jaunes », mais son vote reste au menu jeudi, a indiqué Richard Ferrand.

La conférence des présidents de l’Assemblée nationale a fixé mercredi matin le débat sur cette motion de gauche à jeudi 16h30, en application de l’article 49-2 de la Constitution, qui impose un délai minimal de 48 heures après son dépôt. Mais dans la journée, les socialistes ont demandé au nom des trois groupes signataires – avec communistes et Insoumis – son report au président de l’Assemblée.

« Le symbole d’une République qui se rassemble est utile »

Olivier Faure (PS) a plaidé la « décence » dans ce « moment dramatique », après la fusillade mardi soir sur le marché de Noël de Strasbourg, qui a fait deux morts, un blessé en état de mort cérébrale et douze autres blessés. « Le symbole d’une République qui se rassemble est utile », a-t-il aussi estimé. Si Richard Ferrand (LREM) « faisait un report, nous n’en ferions pas un drame », a lancé Jean-Luc Mélenchon (LFI), moins demandeur, lors des questions au gouvernement.

« Je veux dire que le Premier ministre, le gouvernement est à la disposition de l’Assemblée et ce débat (sur la motion de censure) aura lieu quand l’Assemblée le souhaitera », lui a répondu Edouard Philippe. « Et il aura lieu pleinement et nous pourrons exprimer nos désaccords, parce que fondamentalement, Monsieur Mélenchon, nous sommes d’accord pour défendre la République et pour défendre la démocratie », a ajouté le chef du gouvernement, déclenchant des applaudissements debout de l’hémicycle, y compris des Insoumis.

« Absolument pas » question de retirer la motion

Il n’est cependant pas prévu de reporter le débat, que ce soit à la fin de la semaine ou au début de la semaine prochaine, alors que les « gilets jaunes » prévoient une nouvelle mobilisation samedi et que l’ordre du jour est très chargé la semaine prochaine.

La demande de report « paraît à ce stade n’engager que vous-même », a répondu Richard Ferrand (LREM) à la présidente du groupe PS Valérie Rabault, dans un courrier dont l’AFP a eu copie. Les socialistes n’ont « à aucun moment sollicité le report de la discussion », mercredi matin en réunion, a-t-il relevé. « Il vous est loisible, avec l’ensemble des signataires, de retirer la motion (…), laquelle pourra être redéposée à une date qui vous paraîtrait plus pertinente », a ajouté le titulaire du perchoir.

La présidente de la commission des Affaires sociales, Brigitte Bourguignon (LREM, ex-PS), a aussi suggéré à la gauche de « prendre (ses) responsabilité(s) ». « Nous devons très vite mettre en place les mesures afin que les Français et les revendications soient satisfaites le plus tôt possible » et « je préfère qu’on passe tout de suite à l’ordre du jour », a-t-elle déclaré à LCP, les mesures annoncées lundi par Emmanuel Macron devant se traduire rapidement dans les budgets 2019.

Mais André Chassaigne (PCF), premier signataire, l’assure : il n’est « absolument pas » question de retirer la motion et elle ira « jusqu’au bout »… même si elle n’a aucune chance de faire tomber le gouvernement, les élus de gauche totalisant 62 voix, loin de la majorité des 577 députés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.